Un projet pour les Langues de Bretagne.

Pour contrer la diminution du nombre de locuteurs du breton et du gallo, le projet «Hor Yezhoù – Nôs Parlements – Les Bretons retrouvent leurs langues» se fixe pour but, dans un premier temps, de recueillir les voix de nos aînés locuteurs, qu’ils le soient de naissance ou de longue date. Ainsi, dans chaque famille de Bretagne, seront constitués des albums vocaux familiaux à partir de ces recueils, qui seront mis à la disposition de tous. Nous espérons ainsi sauvegarder autant que possible ces trésors et ce patrimoine que sont les accents de nos aînés, dans leur diversité. Pour cela, chacun est invité à participer à cette collecte des voix des plus âgés, dans sa famille ou chez ses proches.

Ce site est consacré à ce projet. Il est animé par Loeiza Alle (Sciences Po Rennes) et Jacki Pilon (Centre culturel breton de Lannion). Nos adresses de contact sont : prénom point nom arobase gmail point com

Quelques documents à parcourir ou à lire :

Le diaporama du projet

Apprendre les langues bretonnes en 2020 :
quelles motivations ?

Vous nous avez donné votre ressenti par rapport aux langues historiques de Bretagne…

Pour préparer le lancement de ce projet, nous avons cherché à préciser par rapport aux résultats d’enquêtes sur l’état des langues de Bretagne, comment les Bretons, qui dans leur grande majorité ne parlent ni ne comprennent leurs langues historiques, se positionnent vis à vis de celles-ci.

Les motivations sont clairement exprimées.

Le questionnaire reste ouvert pour que le maximum de personnes puissent continuer à s’exprimer.

Accès au questionnaire

Si vous l’avez déjà rempli, merci de le faire circuler autour de vous et de le passer à vos connaissances. Si ce n’est pas le cas n’hésitez pas à le compléter et nous le retourner.


… et par rapport au projet lui-même

Nous utiliserons le blog de ce site et le groupe Facebook « Hor Yezhoù – Nôs Parlements » pour vous tenir informé du déroulement du projet.

Le groupe Facebook Hor Yezhoù – Nôs Parlements

Les dernières nouvelles du projet sur ce site

Les grandes lignes du projet

Le projet consiste d’abord à demander à faire que toutes les familles de Bretagne se mettent à recueillir les voix et les accents de leurs aînés locuteurs en breton ou gallo.

Les familles bretonnes s’adresseront aux locuteurs qu’elles connaissent et qu’elles côtoient (grands parents, amis, voisins) avec la demande suivante :

Vous avez parlé et vous savez encore parler le breton ou le gallo
Nous voulons recueillir vos voix et vos accents,
car ce sont des trésors de la Bretagne
que nous avons le devoir de préserver

Cette collecte à grande échelle des voix et des accents pourra se faire très facilement grâce à des appareils désormais d’usage courant (téléphones mobiles, tablettes, micro-ordinateurs). Ces enregistrements (essentiellement audio) sont à faire par les familles à domicile ou, lorsqu’il n’est pas possible de réunir au même endroit les participants, à distance (grâce à des outils de communication banalisés comme Skype ou Zoom).

Une très grande liberté est laissée quant à leur contenu : dans la grande majorité des cas, les enregistrements seront faits par des membres de la famille ne parlant ni breton ni gallo et qui ne pourront donc pas comprendre les paroles prononcées… Mais l’important est avant tout que nos aînés s’expriment dans la langue de leur enfance, quel que soit le message qu’ils auront envie de nous transmettre.

Les enregistrements réalisés seront la base d’albums vocaux familiaux. Ces albums seront d’abord écoutés et partagés entre les membre des familles participantes, puis échangés plus largement que dans le cercle familial et mis à disposition d’une très vaste communauté. Ils seront également enrichis par adjonction de traductions et de vidéos présentant des textes défilants.

Très important…

On peut considérer qu’un locuteur de naissance, même s’il approuve la démarche de ce projet, n’est pas nécessairement enclin à se laisser filmer même par un proche– puis à être apparaître dans un document public sur un sujet aussi sensible…
En revanche, s’il ne s’agit que de fournir un échantillon de sa voix, la demande a beaucoup plus de chance d’être acceptée…
C’est pourquoi nous avons choisi de ne recueillir que des témoignages sonores, et non des vidéos.