Mailing aux participants au questionnaire

4 mai 2022 Le message suivant a été envoyé à ceux des participants au questionnaire de 2020 qui nous avaient laissé une adresse de contact: Bonjour,Voici quelques nouvelles du projet « Les Bretons retrouvent leurs langues – Hor Yezhoù – Nôs Parlements ».A partir des résultats d’un questionnaire sur le rapport des Bretons à leurs langues historiques,… Poursuivre la lecture Mailing aux participants au questionnaire

Publié le
Catégorisé comme Général

19 mars 2022

Point d’avancement du Projet Le projet « Hor Yezhoù – Nôs Parlements » (Les Bretons retrouvent leurs langues) a été présenté à l’Assemblée générale du Centre culturel breton de Lannion le 19 mars). Points saillants : Le nom du projet signifie : « nos langues – nos langues » en breton et en gallo C’est un projet porté de longue… Poursuivre la lecture 19 mars 2022

Publié le
Catégorisé comme Général

27 septembre 2021

Quels sont les besoins du projet (octobre 2021) ? Les expériences qui ont été conduites en interne pour faciliter le recueil des témoignages des familles concluent en ce que le projet ne recueillira pas -sauf exceptionellement – de vidéos, mais seulement des enregistrements vocaux spontanés (obtenus sans consigne particulière auprès des locuteurs). Ce seront avant… Poursuivre la lecture 27 septembre 2021

Publié le
Catégorisé comme Général

27 juillet 2021

27 juillet 2021 L’application de recueil des Accents de Bretagne est en cours d’écriture. Merci au développeur principal qui a bien voulu consacrer une partie de ses loisirs pour faire progresser le projet. L’application, rappelons-le, vise avant tout à faire parler des langues de Bretagne au sein des familles ; pour cela, elle veut allier… Poursuivre la lecture 27 juillet 2021

Publié le
Catégorisé comme Général

20 avril 2021

Nouvelles du projet (avril 2021) La décision a été prise d’investir dans l’écriture d’une appli pour smartphones de type Androïd, ce qui devrait permettre de toucher une très grande majorité des familles de Bretagne. Le recueil des échantillons de voix des locuteurs bretonnants et gallèsants sera intégré à une application complète, qui sera : facile… Poursuivre la lecture 20 avril 2021

Publié le
Catégorisé comme Général

28 janvier 2021

Précisions sur quelques points importants Dans les « grandes lignes du projet » nous mettons l’accent sur un certain nombre d’objectifs prioriaires et importants, qui concernent les futurs acteurs du projet (les familles de Bretagne et leurs locuteurs), ainsi que sur la façon d’aborder les locuteurs pour s’assurer de leur participation, le plus respectueusement possible. Le texte… Poursuivre la lecture 28 janvier 2021

Publié le
Catégorisé comme Général

17 janvier 2020

Citations – le « bétisier » de la langue bretonne Voici un « bétisier » de la langue bretonne, proposé par Philippe Argouarch (Agence Bretagne Presse). Bétisier, le mot est faible… comment qualifier une telle étroitesse de vue, une telle méconnaissance des liens profonds qui unissent les peuples et leurs langues de la part des auteurs de ces « bétises »… Poursuivre la lecture 17 janvier 2020

Publié le
Catégorisé comme Général

Quelques extraits des motivations pour les langues bretonne et gallèse

(transcription brute des réponses au questionnaire )

Affection pour mes grands parents, intérêt pour la Bretagne
Anti-globalisation, richesse des diversitées culturelles, attachement personnel …
Appartenance au pays
Appris dès le plus jeune âge
Ar brezhoneg eo yezh ma familh, et le gallo est la langue d’où je vis.
Ar poell mat!
Ar sevenadur (yezh, sonnerezh, bouetaj, liammoù sokial, sport, istor…)
Attaché du fait de mes origines, par soucis d’égalité et de reconnaissance du peuple breton et plus largement des minorités, parce que la mort d’une langue dans notre démocratie est révoltante et triste.
Attaché oui car il s’agit d’un bout de notre Histoire commune mais peu attaché car malheureusement cette langue est vite oublié
Attaché puisque ce sont la langue de nos grands parents
Attachée pour la richesse culturelle
Attachement à une culture qui comprend la langue bretonne, chant en kan ha diskan
Attachement affectif par ma famille et par notion politique
Attachement au gallo, car c’est la langue de mes grands parents
Attachement local – identité, volonté de préserver une langue minoritaire
Attachement patrimonial et familial
Au breton car langue familiale à deux générations de moi, le gallo car j’habite en zone gallèse
Au sujet du Breton : Mes racines, mon histoire, les mots et expressions entendues pendant mon enfance. La complexité et la beauté de la langue.
Brezhoneg yezh-tad, yezh ar studioù, yezh ma micher ha yezh implijet gant ma dousig ! Yezh ar pemdez eo
C’est drôle gallo
C’est notre identité particulière, c’est la langue de mes grands-parents, celle de mon cœur!
C’est étroitement lié à ma passion pour la musique bretonne de basse et de haute Bretagne
C’est important de faire perdurer cette langue
C’est l’histoire de notre région, c’est important de savoir d’où nous venons et pourquoi nous en sommes ici aujourd’hui.
C’est la angue de mon pays et de mes ancetre
C’est la culture bretonne donc c’est important cela fait partie de l’histoire de la Bretagne
C’est la culture, notre patrimoine, c’est une fierté
C’est la langue de ma région que mes grands-parents parlaient couramment
C’est la langue de mes grands parents, de mon prénom et mon nom de famille
C’est la langue de mes grands-parents
C’est la langue de mes parents et grands parents ; ce fut aussi ma langue maternelle .
C’est la langue de mon histoire
C’est la langue de mon pays
C’est la langue de mon pays, à laquelle j’ai un attachement fort. Je ressens la nécessité de devoir mener un combat quotidien pour sa sauvegarde, et beaucoup de frustration de ne pas pouvoir le faire.
C’est la langue de mon pays, de mes aïeuls, de mon père. J’ai grandi avec cette langue, qui porte toute une culture vivante et vivifiante, forte, et belle. C’est dans cette langue que je me sens aimée, comprise.
C’est la langue de mon pays.
C’est la langue des mes ancêtres et elle fait partie de notre patrimoine culturel locale
C’est la langue maternelle de 3 de mes grands-parents (le 4e était le seul à savoir l’écrire !). Je l’entends depuis que je suis petite mais malheureusement j’ai dû attendre d’arriver à la fac pour l’apprendre. C’était comme si on avait oublié de me transmettre une partie de mon identité ! Depuis je n’ai que peu d’occasion de pratiquer. Il faut que je reprenne des cours.
C’est la langue originelle de mon pays
C’est la region ou j’habite depuis toujours
C’est le parler de mon enfance
C’est le patrimoine de notre région
C’est ma culture
C’est ma culture de cœur, j’y attache énormément d’importance car ce sont les langues de mon pays
C’est ma langue
C’est ma langue maternelle
C’est ma langue natale
C’est ma region
C’est mon patrimoine, ça me rapproche de ma famille qui parle breton.
C’est mon pays
C’est notre héritage
C’est notre héritage
C’est notre héritage et notre histoire
C’est notre histoire
C’est notre histoire
C’est notre histoire, notre patrimoine, c’est également ce qui nous lie entre bretons, les expressions, tournures de phrases font parties de notre quotidien. Je pense que c’est également un état d’esprit. C’est aussi l’appartenance à un territoire.
C’est notre identité, pour exister parmi les autres peuples du monde et perdurer les langues de nos anciens.
C’est notre patrimoine, notre identité au même titre que la danse, le costume, les festou-noz les galettes, le kig a farz … kenavo
C’est notre patrimoine, nous devons le sauvegarder et le faire perdurer
C’est notre région, notre histoire, notre culture, notre patrimoine
C’est un héritage culturel. Feal da viken.
C’est un patrimoine et des racines à préserver et à développer
C’est un patrimoine qu’il faut préserver. Cette langue permet d’interpréter des expressions qui lui est propre et qui ont peu de valeur dans un autre parler. Elle permet aussi la transmission de la culture et de l’histoire de la Bretagne.
C’est une culture qui fait partie de nous
C’est une langue faisant partie intégrante de notre histoire, de notre pays et de nos ancêtre. C’est une culture qui se voit disparaître de plus en plus et, seul la génération précédente ante (celle de nos parents) on pû la connaître au maximum.
C’est une langue qui nous a été transmise, qui est trop souvent dite « morte », c’est notre culture
C’est une langue régionale très connue mais peu parlé
C’est une langue riche et d’un grand intérêt historique, et la langue de mes grands parents perdue à la génération suivante
C’est une partie de mon éducation.
C’est une richesse culturelle régionale qu’il faut préserver
C’était la langue de mes ancêtres, je trouve intolérable que mes parents aient été maltraités à l’école parce qu’ils parlaient leur langue maternelle. Une langue c’est une façon de penser et on ne peut brimer un peuple.
C’était la langue de mes grands-mères.
C’est important de connaître ses racines
C’est la langue de mes ancêtres, perdue depuis mes grands-parents
C’est la langue de mes ancêtres, perdue depuis mes grands-parents
C’est la seule qui exprime de manière complète le monde et la société dans lesquels j’ai grandi et vécu.
C’est ma langue d’origine ! Mes parents, mes grands parents et toute ma famille parlent breton.
C’est mes origines
C’est mon pays , mon histoire …
C’est notre culture et il ne faut pas l’oublier et mes grands parents parents parlaient breton
C’est régional. C’est cool
C’est toute mon enfance
C’est une histoire
C’est une vieille langue
Ça fait parti de notre culture
Ça fait partie de la culture et de lHistoire de la région, c’est important de les maintenir
Ça fait partie de ma culture
Ça fait partie de ma culture, de ma famille, de mon identité. C’est déjà assez peu présent aujourd’hui alors j’ai envie de continuer à parler et apprendre pour propager la langue plus.
Ça fait partie de nos racines
Ça fait partie de notre culture
Ça fait partie de notre région d’origine
Ça fait partie du patrimoine. Ce sont de belles langues, qui véhiculent une vision du monde. Il y a un important répertoire d’expressions, de chansons, de contes… dans ces langues.
Ça fait partie intégrante de ma vie, de ma culture
Car c’est la langue de nos pères avant nous, et simplement veillez à ce qu’elle ne disparaisse pas
Car c’est ma langue régionale et j’en suis fière ! Je parlais breton avant de parler français
Car c’est nos origines
Car c’est un héritage de mes ancêtres.
Car c’est notre langue d’origine
Car ce sont celles de mon pays
Car ce sont nos origines et je trouve cela important de pouvoir conserver au mieux le patrimoine régional
Car cela permet de mieux comprendre sa région, sa culture et de participer de façon positive à une vie de groupe (ici la région). Et que l’apprentissage de plusieurs langues permet une ouverture d’esprit, de partage, de compréhension de l’autre : car on ne pense pas pareil en français, en breton, en catalan, en anglais, en basque, en galois etc… donc on ne s’exprime pas pareil. De plus, l’apprentissage dès le plus jeune âge de plusieurs langues aide à développer la plasticité du cerveau. Enfin, cette langue fait partie du patrimoine de notre région, et est plus ancienne que le français. Donc pour tout cela, il me semble important de perpétuer cette langue.
Car elles font partie du patrimoine régional de la Bretagne et de sa culture, à laquelle je m’intéresse et m’identifie
Car étant née en bretagne, y ayant grandit, j’ai pu m’imprégner d’une Culture régionale forte et persistante grâce au volontarisme d’individus ayant conscience de l’impact de la Culture sur la cohésion et l’inclusion. Le Breton est le reflet de cette Culture de partage, le préserver me paraît ainsi important.
Car il est important de bien connaître ses origines.
Car j’ai 15ans j’habite en Bretagne depuis toujours et j’etais en ecole bilingue (français / breton) jusqu’à ma fin de CE2 et j’aimerais enormément reprendre cette langue ! Et puis niveau régional c’est tres interressant !
Car j’ai été à l’école diwan et que je suis dans la culture breton depuis toujours
Car j’aime la Bretagne, c’est légende et j’aimerais apprendre à parlé breton
Car j’étudie à Rennes et je pense que c’est important que préserver les cultures régionales
Car je la pratique (langue bretonne)
Car je pratique cette langue depuis la maternelle
Car je suis bretonne
Car je suis bretonne
Car je vis en bretagne et que c’est le patrimoine culturel de ma région
Car le breton a une histoire bien particulière et une culture forte
Car le breton est parlé dans mon entourage
Car sa une langue natale
Ce sont des langues importantes qui ont cessé de se passer d’une génération à l’autre pour des raisons idiotes et elles ne doivent pas tomber dans l’oubli
Ce sont les langues de cette terre et des gens qui l »habitaient et l’habitent encore
Ce sont les langues de mon Pays!
Ce sont les langues du pays
Ce sont les langues historiques qui correspondent aux territoires de la Bretagne (histoire, géographie, etc.) et qui ont été interdites pour des raisons absurdes.
Ce sont les langues maternelles de mes grands parents
Ce sont les nôtres
Ce sont mes origines et il faut evite de perdre son identité
Ce sont mes racines et comme toutes les langues régionales je considère que ce sont des richesses, une partie de notre culture, un héritage à transmettre.
Ce sont mes racines, la musique de mon enfance.
Ce sont mes racines, ma culture.
Ce sont nos origines
Ce sont nos racines, d’où l’on vient, elles nous caractérisent
Cela fait partie de ma culture
Cela fait partie de l’identité, du territoire, et de la culture
Cela fait partie de la culture
Cela fait partie de la culture d’un peuple
Cela fait partie intégrante de notre patrimoine culturel
Ces langues font partie de notre identite
Ces langues représentent ma culture, peut être davantage le breton. C’était la langue de mes grands parents et je voudrais qu’elle continue d’être perpétuée.
Cette attachement vient de par mes origines , des récits raconter et du patrimoine culturel
Chaque langue est une culture, chaque langue souligne une manière singulière de penser et de voir le monde
Connaître et comprendre l’histoire (au sens large) de ma région pour mieux y vivre et la transmettre aux générations à venir.
Connaître une langue, même de façon très lacunaire, me semble important pour comprendre nombre d’éléments patrimoniaux (histoire, expressions, toponymie, noms d’éléments de costumes, chants etc)
Continuer à garder la langue un peu
Culture
Culture
Culture
Culture
Culture et origine
Culture, histoire, sentiment d’appartenance, joie de l’apprentissage
Culturel
Curiosité de la langue, langues intéressantes, pleines d’Histoire
D’origine paysanne de basse bretagne la langue gallaise était encore présente dans ma jeunesse
Danse (et amis qui parlent breton), histoire familiale (paternel gallo maternel breton), famille plus ou moins bretonnante
De par mes racines
De part toute ma branche maternelle bretonnante, dont je ne porte pas le nom puisqu’il est paternel d’origine française, par le pays dans lequel je vis, par sa culture, son histoire….
Découvert au travers des associations de danse et musique + forte attaché a la Bretagne+ adore les langues
Depuis la primaire jusqu’au collège, j’ai appris le breton mais pas en diwan, seulement dans le cadre »dihun » ( je crois que ça s’appelle comme ça?) et j’aime cette culture.
Des façons d' »être au monde » irremplaçables et nécessaires à la liberté des individu.e.s et à l’égalité entre les peuples
Doc’h a vro Leon on. Gellout a ran gwelout ar brezhoneg e anvioù al lec’hioù hag en istor ar vro. Ne ouezan perak met gant ar yezh-mañ en em sentan «  »er gêr » » daoust ma n’eus den ebet hag a gomz bzhg em familh. Je suis du Léon. Je peux voir la langue bretonne dans la toponymie et dans l’histoire du pays. Je ne saurais pas dire pourquoi mais je me sens «  »chez moi » » avec le breton bien que personne dans ma famille ne le parle.
Elle fait partie de moi, même si je la parle difficilement. Ce sont mes racines, mon terroir et sa culture, mon pays et celui de mes aïeux, et avec ces derniers des souvenirs sonores, et j’aime l’entendre. En apprenant adulte cette langue familiale entendue mais non transmise, j’ai ouvert un coffre aux trésors. C’est une belle langue qui mérite certainement d’être aussi respectée que la langue française.
Elle fait partie de mon identité
Elles font partie de la culture des bretons et devraient être plus facilement accessible.
Elles font partie de notre patrimoine
Elles font partie de notre patrimoine. Importance de conserver, transmettre et valoriser les langues vernaculaires, cela fait partie de la diversité culturelle
Elles ont un intérêt patrimoniale aussi important que la gastronomie, les édifices et le territoire breton en soi.
Elles sont indissociables d’une culture qui me parle et à laquelle je m’identifie, une partie de ma famille a parlé breton et faire vivre cet héritage me paraît important, d’autant plus que ces langues sont en danger d’extinction.
Elles sont là, comme la biodiversité. Elle exprime un regard unique sur le monde, comme toutes les langues.
Elles sont le socles de notre culture. Si les langues disparaissent, la richesse immatérielle disparaît, et à leur suite notre singularité et tout ce qui fait de nous des êtres enracinés dans le monde…
Elles sont mon histoire, mon identité et ma fierté
Elles sont nos racines
Elles sont notre culture et notre patrimoine
Enfance en Bretagne et amitiés
Environnement parlant breton lorsque nous rentrons dans le Finistère. Envie de le transmettre à notre enfant.
Étant breton j’y suis attaché car j’estime que ça fait partie du patrimoine de mon pays, j’aime l’entendre et je souhaite son développement car c’est une partie de notre identité.
Étant en licence de Breton il est évident que le breton est très important pour moi, j’ai toujours était intéressée par le mileu celtique. J’ai des origines celtique (bretonne) et c’est une vrai fierté, voir même une passion.
Ezhomm hon eus gwrizioù. Ur memor eo ur yezh. Liesseurt a sevenadurioù a zo ken talvoudus hag ar bevliesseurted
Fait partie du patrimoine
Familiale
Famille
Famille
Famille de mes enfants d’origine Bretonne
Fils de bretonnants de langue maternelle qui ont souffert de l’action de l’état français contre les langues régionales, ma langue maternelle à moi est le français, indispensable pour une bonne réussite scolaire, comme tous les natifs post seconde guerre mondiale. Or, au contraire, être bilingue de naissance est un atout formidable pour différentes raisons. Je n’ai pas eu cette chance, sans en vouloir à mes parents.
Fort attachement à la région et toute sa culture, la musique, la danse…
Habite à Rennes
Hêrezh ma zud
Héritage familial (langue maternelle de mon grand-père n’ayant appris le français qu’à l’école)
Histoire de ma famille, culture que j’adore et l’importance de transmettre et préserver le patrimoine linguistique
Histoire familiale et attachement personnel au territoire
Histoire, patrimoine, chance d’en voir
Histoire/ancêtres
Historique
Historique, amicale
Hor yezh hag hor sevenadur eo. D’am soñj ret eo da bep hini doujañ d’eus ar sevenadurioù disheñvel.
Identité bretonne très importante pour moi
Identité racine
Identité, héritage
Il est de notre responsabilité d’assurer leur pérennité et de limiter autant que possible les ravages que l’état central leur a infligé. L’inaction c’est la complicité.
Il est important de faire perdurer la diversite des cultures
Il est important de faire vivre une culture et la langue est centrale
Il s’agit des traditions de notre région… Les langues sont du patrimoine culturel, et cela à une valeur inestimable à mes yeux ! Il ne faut pas perdre la richesse du Breton et du Gallo… De nos jours trop de langues disparaissent à cause de l’évolution de la mondialisation qui vise à unifier ce monde mais notre culture de la Bretagne doit transpercer cette unification. Ainsi nous gagnerons richesse culturelle ! Nous nous demarqueront de toute cette réunification ! Et surtout nous sauverons le patrimoine Breton…! Si cette culture était terne, lugubre et poussiéreuse, il n’y aurait aucun intérêt à la sauver, cependant, la culture Bretonne est tout l’inverse, elle est coloré, animé et chalereuse (crêpes, galettes, festivals, fest-noz, fest-deiz, défilés, costumes, spectacle, arts bretons, jeux bretons, bagads, musique…) ! La Bretagne à une véritable histoire, nous nous devons de la transmettre de générations en générations !
J’ai appris la langue bretonne durant une grande partie de ma scolarité
J’ai appris le breton à l’école donc j’ai grandi dans cette culture
J’ai appris le breton à l’école, c’est la langue que je partage avec mes amis et avec laquelle j’ai grandi
J’ai considéré que l’histoire m’avait amputée de ma langue maternelle. Il a donc fallu la réapprendre.
J’ai des origines bretonnes donc je trouve ça intéressant d’avoir un minimum de connaissance sur les langues bretonnes
J’ai entendu parler breton étant enfant, je travaille maintenant en breton, c’est un héritage familial.
J’ai été élevée à Lorient et mon père avait plein d’expressions en breton de Quiberon totalement disparu aujourd’hui. Il ne nous a pas parlé le breton et je le regrette. C’est trop tard pour transmettre la langue, mes enfants sont adultes et je ne le parlait pas. Mais j’en ai gardé le goût de mon enfance. Une langue c’est une façon de vivre son rapport au monde. Je l’ai vécu, même si je n’en ai pas la langue courante.
J’ai étudié en breton, ça fait partie de moi
J’ai étudié le breton depuis mon entrée à l’école jusqu’à la fin du collège.
J’ai fait diwan, j’ai pleins d’amis bretonnants.
J’ai fait l’école diwan
J’ai grandi en Bretagne, j’en suis partie et y suis revenue et parler le breton est un moyen essentiel de se réapproprier toute une culture
J’ai quasiment toujours vécu en bretagne, ça peut etre interessant d’en connaitre la langue ancestrale
J’ai toujours habité à Rennes, on a l’impression d’être loin de la langue bretonne et je trouve ça dommage. à part dans les écoles diwan, on ne nous l’apprend pas. j’aimerais apprendre cette langue, du moins en avoir des notions de base, ça traduit aussi un mode de vie, une façon de penser
J’ai toujours vécu en Bretagne, mais à Rennes. A part dans les écoles diwan, on n’apprend pas le breton. je n’en connais pas un mot, je trouve ça assez dommage, j’aimerais apprendre plus sur la langue, qui doit aussi traduite un mode de vie breton.
J’aime la culture bretonne .
J’aime la sonorité du Breton, et toute la partie culturelle
J’apprend le breton depuis la maternelle et m’y suis beaucoup attaché, quant au gallo, j’aimerais beaucoup l’apprendre.
J’estime que chaque langue est importante et ne doit pas être vouée à disparaître.
J’habite en Bretagne donc je considère que le breton fait partie de notre culture, même si en réalité je n’en n’entend pas parler quotidiennement.
J’y habite et la culture bretonne est intéressante
J’y suis attaché avant tout car c’est la langue de mes grands-parent. Ensuite car je pense qu’une langue reflète un caractère, une manière de penser, de vivre, d’être, une culture qu’il est très important pour moi de préserver tout en la faisant vivre et évoluer.
J’ai été à Diwan et je m’y sent attaché depuis longtemps déjà
J’habite en Bretagne et c’est une région à part entière. Elle mérite ces langues !
Je le parle depuis l’enfance le gallo.
Je m’y sens attaché car mes grand parents et arrière grands parents le parlent. J’en ai fait au lycée en option et ça m’a appris beaucoup sur la culture et l’histoire de la Bretagne
Je me sens attaché à ces langues. Puisque pour moi c’est la culture et le patrimoine du pays. Car nous avons la chance que ces langues soient toujours un parlés sur notre région. Je pense danc que tout le mo de devrait avoir un peu de notions en gallo et breton. Cela pour ne pas que ces langues importantes dans la région soit placés dans dans la case des langues mortes.
Je me sens attaché.e à ces langues par rapports à mes racines et de par l’endroit où je vis.
Je me sens attachée à cette langue, même si je ne la parle pas, puisque mes grands parents la parlaient couramment et qu’il s’agit de notre langue régionale, qu’il est important de préserver.
Je me sens attachée car elle fait maintenant un peu partie de ma vie et de mon entourage.
Je ne l’entend pas assez
Je ne parlais quasiment pas le français avant d’être scolarisée en CP (pas de classes maternelles- née en 1952). Attachement à la langue et à la culture basse-bretonne.
Je ne suis pas breton mais suis amoureux de la Bretagne, et cette langue me fascine tout autant que la Bretagne
Je ne suis pas bretonne mais ma fille oui. Et toutes les langues et traditions locales sont importantes à mon sens.
Je parle Breton
Je parle breton depuis ma naissance et je baigne dans cette culture.
Je parle breton depuis mes 3 ans donc j’y suis attaché, j’ai grandi avec
Je parle breton depuis tout.e petit.e. J’y suis attaché.e car elle fait parti de mon identité. J’entretiens un rapport émotionelle avec le breton. Et mes grands parents parlaient gallo.
Je pense qu’il y a de l’importance dans le fait de connaître un minimum ses origines, ou du moins l’origine d’un lieu où on vit
Je pense que c’est une partie importante de notre patrimoine culturel qu’il faut veiller à conserver
Je pense que les langues sont un élément essentiel pour la préservation des cultures auxquelles elles sont associées, aussi ma grand mère parlait breton mais je n’ai pu la connaitre, et j’aimerai apprendre les langues parlées autour de moi.
Je souhaiterais l’apprendre, je n’ai pas eu l’occasion enfant. Cela me paraît important, c’est un sacré bagage culturel régional, un élément fort d’identité
Je suis attaché au breton car mes deux grand-père le parlait et que moi même je l’ai appris et regrette de ne pas avoir pu continuer à l’apprendre
Je suis attachée à la langue bretonne car c’est la langue de la Bretagne et que j’aime cette région.
Je suis attachée à la langue bretonne parce je l’associe avec des bons souvenirs (j’ai fait toute ma scolarité à Diwan), et parce que c’est la langue maternelle de mon grand père mais je n’ai jamais vraiment réussi à parler avec lui (il n’est pas très à l’aise avec ça), et pour moi la langue est aussi le vecteur de l’héritage culturel breton qui fait parti de mon identité
Je suis attachée à ma langue et ma culture depuis petite, et je veux les défendre
Je suis attachée au Breton car c’est la langue de notre pays et je trouve que JMG Le Clézio a bien parlé de cela en disant qu’une tempête semblait avoir dispersé les mots et que la sonorité du Breton a disparu ce qui est un drame.
Je suis bercée dans la culture bretonne depuis toute petite, c’est encré en moi, c’est l’histoire de ma famille, de mon pays, c’est une richesse que je veux préserver et transmettre
Je suis breton
Je suis breton d’origine, attaché à la région et à sa culture.
Je suis Breton et la langue bretonne fait partie de l’histoire de la Bretagne. C’est notre patrimoine. Sans elle, difficile de comprendre la manière de vivre et de penser des Bretons d’aujourd’hui.
Je suis breton, j’ai participé au bonnet rouge et je me sens plus breton de par mon prénom Elouan.
Je suis breton, je suis très attaché à la défense des langues minorisées et des différentes cultures « régionales », c’est pourquoi j’aimerais beaucoup parler au moins l’une de ces deux langues.
Je suis breton.
Je suis bretonnant
Je suis bretonne
Je suis bretonne, c’est mon identité territoriale première, avant même de me sentir française. J’ai toujours baignée dans cette culture, étant allée à l’école divyezh
Je suis d’origine bretonne. Comme beaucoup, en apprenant le breton, je souhaitais me rapprocher des mes origines.
Je suis indépendantiste
Je suis né à Rennes et le breton est ma langue maternelle. Ma fille est scolarisée à Diwan bro Roazhon.
Je suis né dans le Pays Gallo
Je suis né il y a 69 ans dans un village entièrement bŕetonnant.. mon adolescence ont donc baigné dans la musique de cette langue…j’ai quitté la Bretagne à l’âge de 7 ans, puis j’y suis retourné chaque année en vacances chez ma grand-mère avec qui j’ai beaucoup pratiqué la langue…j’ai passé l’épreuve facultative de breton au bac à Paris…
Je suis né natif du pays gallo et y vit . J’ai entendu parler gallo pendant mon enfance en famille et dans mon travail (ouvrier du bâtiment dans les années70). Mes points de repère gallèsant sont feu Gilles Morin et Albert Poulain. Parmi les «  »vivants » » Bertran Obrée et Jean Luc Ramel . j’ai un faible pour tous ceux qui font culture avec le gallo chant musique conte littérature et là il ya bien du monde et c’est tant mieux. Mon premier éveil à la question bretonne je le dois a Eugène Aulnette (j’étais adolescent) puis politiquement Christian Hamon, Yann Jégou .
Je suis née « au sein » cette culture
Je suis née en Bretagne mais ma famille vient du sud-ouest de la France
Je suis particulièrement attaché au breton. à St Pol de Léon mes grands parents, oncles, tantes, le voisinage le parlaient; pas ma mère. Mais aussi notre région présente un typonymie très riche, leur signification est importante pour moi et ma descendance.
Je suis très attachée au patrimoine breton dont la langue fait partie. Parce que je suis d’origine bretonne, mais surtout parce que j’y vis et que j’aime cette région (plus que des « liens du sang »)
Je vis en Bretagne, je trouve cela normal que nous parlons breton, chacun est libre de parler une langue
Je vis personnellement à l’étranger et c’est réellement là que j’ai compris que le breton était ma langue (même si je ne l’ai jamais apprise) et du manque que cela représente au niveau personnel, et aussi au niveau social et culturel. Mes grands-parents parlaient breton, la non transmission est un désastre pour la culture bretonne. Sans sa langue, la culture est vouée à disparaître.
L’attachement à la langue maternelle, l’ouverture d’esprit et la compréhension du monde que la connaissance de la langue apporte
L’histoire de la famille, l’idée qu’on doit récupérer ce qui nous a été volé
L’histoire de ma famille.
L’histoire et la culture qui va avec.
L’histoire, l’identité ,le patrimoine à conserver pour mieux préparer notre future
La beauté de la langue pour connaître un territoire il faut connaître sa langue
La Bretagne
La Bretagne
La Bretagne est ma région d’adoption, la langue fait partie de la culture bretonne et il est important de la conserver.
La Bretagne est une nation à part entière
La Bretagne, tous les bretons y sont attachés, c’est lié à son histoire entre indépendance et dépendance ainsi qu’au caractère fort des bretons
La culture
La culture
La culture locale
La défense de ces langues est essentielle à la préservation de la diversité culturelle au même titre que la biodiversité. Elle est nécessaire pour vivre dans cet espace mondialisé qui gomme les identités, les nie pour imposer une culture dominante basée sur la consommation. On ne consomme pas une identité, on l’incarne, on la vit, on la fait vivre et l’on devient ainsi acteur de sa culture et non plus consommateur. Vivre une culture ancrée dans son territoire donne du sens à notre existence, d’autant plus fortement qu’elle est partagée par une communauté. Faire vivre sa culture c’est s’ouvrir à celle des autres et œuvrer à une forme de paix entre les peuples, dans leur diversité.
La diversité linguistique est aussi importante que la diversité des plantes et animaux. par exemple, la monoculture est catastrophique, comme la mono race prim holstein etc…
La diversité linguistique est culturelle est importante dans une société pour qu’elle puisse évoluer de manière positive.
La langue d’une région est comme la langue d’un pays, sans elle la culture se perd.
La langue de mes grands-parents
La langue est un pilier indispensable de notre culture bretonne
La nostalgie de mon enfance sans doute (chez les grands-parents bretonnants, ambiance « village » : attention aux autres, bavardages, contentement de peu entre potager et picot)
La principale raison c’est mon arrière-grand-mère, j’ai plein de bon souvenir en breton avec elle.
La tradition
Langue = patrimoine = vision de mode
Langue apprise dans l’enfance (école bilingue publique), lien affectif, richesse de la langue et de la culture, plaisir à la parler et l’écouter
Langue apprise pendant l’enfance et plus trop pratiquée aujourd’hui sauf rassemblements exceptionnels entre bretonnants. Souvenirs d’enfance et sentiment d’appartenance à un groupe.
Langue de la famille
Langue de ma famille et de ma nation, elle représente notre passé notre présent et notre avenir
Langue de mes ancêtres, liens culturels fort
Langue de mes grands parents et de mes origines
Langue de mes grands-parents
Langue de nos ancêtres
Langue de nos grands-parents
Langue de notre région, indispensable pour comprendre le fonctionnement de notre vie
Langue des racines, sentiment d’avoir été dépossédé, diversité culturelle, intéret du bilinguisme
Langue familial et du pays
Langue maternelle de mes grands parents, passionnée de musique bretonn de danse bretonne et de chant en breton, baignée dedans depuis petite
Langue maternelle et culture à laquelle je me rattache
Langue maternelle, parler avec ces amis
Langue parlée par mes grands parents aujourd’hui décédés – disparition d’une culture.
Langue régionale, forte identité bretonne
Langues de ma famille
Langues de nos parents de notre environnement et de notre histoire.
Langues familiales et locale
Le breton c’est la langue de mes grands-parents et du pays.
Le Breton c’est ma vie professionnelle et amicale. Le gallo c’est ma complicité avec papy, presque une langue maternelle.
Le breton est la langue de ma grand-mère (au passage, je trouve votre question sur le nom de famille totalement hors de propos)
Le breton est la langue de mes ancêtres, mes grand-parents connaissaient à peine 5 mots de français avant d’être envoyé à l’école et battue pour cela.
Le breton est la langue de mes grands parents, la langue de ma mère, notre langue à mon frère et moi. C’est aussi une des langues de Bretagne et à ce titre la plus à même à parler de la réalité de ce terrtoire. C’est un système de pensée unique, une richesse, une manière de décrire le monde bien trop négligée. Il en va de même pour le gallo, le lien affectif et familial en moins !
Le breton est la langue maternelle de mes grands parents, certains ne parlaient avec leurs frères et soeurs qu’avec cette langue. Ma grand mère m’a raconté qu’on se moquait d’elle et qu’elle se faisait taper sur les doigts lorsqu’elle parlait breton. Je ne veux plus que cette langue soit considérée comme « honteuse » ou « déjà morte », comme on me l’a déjà dit lorsque j’évoquais mon envie de l’apprendre. Mes petites soeurs on pu etre en classe bilingue en maternelle et primaire, j’étais trop âgée pour y aller. Le fait qu’elles le comprennent et le parlent me donne encore plus envie de l’apprendre.
Le breton est la langue maternelle de mes parents à qui on a interdit de le parler à l’école et qui sont tous les deux devenus ambassadeurs du français en l’enseignant à de jeunes bretonnants qui n’en connaissaient parfois pas un mot. Je me rappelle ( c’était dans les années 60) les entendre expliquer le français « en breton », à l’époque les écoles bilingues n’existaient que sous cette forme…
Le breton est ma langue maternelle et au-delà de ça, elle fait partie de l’histoire de ma famille, de mon histoire. Alors oui, je peux apprendre pleins d’autres langues et m’ouvrir à pleins d’autres cultures, je peux essayer de sauvegarder pleins d’autres langues & culture, mais connaître celle qui fait que je suis moi, que nous sommes nous, est important je pense.
Le breton est ma langue maternelle.
Le Breton est une langue qui est reliée à nos origines et qui est intéressante à conserver
Le breton et/ou le gallo c’est notre identité. Même si ces deux langues sont beaucoup moins connues et utilisées maintenant elles font toujours parties de notre inconscient et elle nous représentent. Comprendre la langue, entre autre, de comprendre le fonctionnement des populations.
Le breton était la langue maternelle de ma mère et celle de mes grands-parents maternels. Lorsque je venais en vacances dans ma famille bretonne, j’entendais cette langue dont je répétais quelques mots mais qu’hélas je n’ai jamais acquise.
Le breton était la langue usuelle de mes parents dans leur vie quotidienne. Je la considère donc comme ma langue maternelle, même si mes parents m’ont toujours parlé en français.
Le breton représente mes origines, mon identité.
Le breton. Parce que je l’ai appris dès petite en même temps que le français. Je l’ai appris grâce à mon père et mes grands-parents (qui me parlent tout le temps en breton) et j’ai fais Diwan et maintenant en plus de mes études je fais une licence de Breton.
Le gallo est l’une de mes langues maternelles, le breton est une langue à laquelle je suis fortement attaché. Je parle aussi bien l’un que l’autre, mieux que le français d’ailleurs.
Le gallo est la langue d’une large partie de ma famille, aujourd’hui vu comme une honte alors que nous l’avons parlé pendant des siècles. Je veux pouvoir le parler pour conserver la richesse de notre patrimoine, pour donner raison à l’accent qui m’a valu des railleries.
Le gallo est la langue de ma famille, le breton est l’autre langue du peuple breton
Le Gallo est la langue maternel de mes grands-parents maternel, le Breton celle de mes grands-parents paternel donc il s’agit de l’essence même de ma famille
Le gallo est ma langue maternelle, parlé presque exclusivement jusqu’à mon entrée à l’école primaire.
Le gallo est ma première langue
Le gallo est parlé par mes grands-parents et la plupart des personnes âgées de mon village.
Le patrimoine
Le patrimoine culturel et linguiste breton est une richesse et en perdre la pratique/la mémoire engendrerait un appauvrissement énorme pour notre région.
Les bons moments passé en breton: à l’école, en colo, en kafe brezhoneg, en fest noz, etc, la richesse culturelle, la fierté de mon grand-père que je parle la langue de sa mère …
Les langues font partie intégrante de notre culture. Ne pas les maîtriser c’est être amputé.
Les parler fait chier les gens de droite
Leur beauté propre, tout le fond culturel auquel elles donnent accès, et la question des racines : renouer un lien rompu.
Lien avec mes origines, mes racines
Ma culture
Ma culture
Ma culture tout bêtement
Ma famille est implanté en Bretagne depuis de très nombreuses générations. Je suis très attachée à ma région et j’aimerai la connaître mieux et en parler la (les) langue(s)
Ma famille et mon attachement à la Bretagne, j’ai aussi travaillé au pays de Galles où le Gallois est parlé dans la vie de tous les jours et c’était vraiment chouette
Ma grand mere parlait gallo
Ma grand mère parlait gallo, j’en conserve de bons souvenirs… Le breton fait partie de notre culture, chaque samedi je l’entends aux fest noz et j’aimerais bien comprendre tous ces chants dont j’adore les mélodies… Malheureusement mon fils qui avait commencé le breton en collège en quatrième ne l’a pas retrouvé à son passage en lycée …
Ma région, mon histoire
Maintien d’une partie de la culture bretonne
Mes enfants sont en classe de CM1 bilingues. Nous sommes breton et souhaitons faire perdurer nos racines et notre culture à nos enfants.
Mes grand parents et mes parents la parle et je l’ai apprise dès la naissance
Mes grands parents
Mes grands parents étaient bretonnant.
Mes grands parents parlent gallo
Mes grands parents sont bigoudens et parlent bretons ce serait dommage de les laisser partir sans apprendre leur savoir
Mes grands-parents étaient bretons mais ne l’ont pas appris à leurs enfants.
Mes grands-parents par le breton
Mes grands-parents parlaient breton et je porte un prénom breton
Mes origines
Mes origines personnelles
Mes parents parlaient breton
Mes racines
Mes racines natales
Mes racines sont bretonnes
Mes racines, ma culture
Mes racines/ c’est mon identité
Mieux connaitre nos origines, notre histoire
Mon attachement est profond, familial et je veux le transmettre à mes petits enfants
Mon héritage et beauté de la.langue
Mon identité
Mon origine familiale
Mon père a pour langue maternelle le breton, c’est une langue très présente de ce côté familial.
Mon père est breton et j’ai vécu en Bretagne dans le Finistère une bonne partie de ma vie (donc plus breton que gallo)
Mon père et sa famille parlent frallo (français-gallo) et ne savent pas faire la différence entre les deux langues. J’ai donc appris de nombreuses expressions gallos en pensant que c’était du français
Mon père parlait souvent en breton avec mon arrière grand-mère. C’est un bon souvenir que je garde d’eux et que j’aimerais entretenir.
Natif de Bretagne ces deux langues sont une part de ma personalité
Nos origines
Nos racines
Nostalgie des assistantes maternelle à l’Ecole mat qui parlaient breton entre elles
Notre histoire
Nous sommes le premier pays à avoir été colonisé par le Bro C’hall. J’aimerais ne pas faire partie d’un peuple qui a le potentiel de nous envoyer à la guerre pour des raisons qui ne nous concernent pas du tout. On pourrait être une nation en paix avec le monde entier, un peu comme la Finlande par exemple . De plus, la langue Bretonne a sa personnalité qui lui est propre et qui permet de dire, de raconter d’une façon impossible à traduire en Français. Musicalement, elle a beaucoup de qualités que le Français devrait lui envier !
Originalité, conservation, patrimoine
Originalité, conservation, patrimoine
Origine
Origine celte
Origine familiale
Origines culturelles et régionales
Par culture
Par l’Histoire et les racines familiales
Par respect pour mon pays de migration (je viens du Québec)
Parce qu’elle fait partie à part entière de notre culture
Parce qu’elle font partie de notre identité
Parce qu’elles font partie de mon histoire, de mon patrimoine, de mon identité
Parce qu’elles représentent mon pays, ma culture.
Parce qu’elles représentent notre terroir
Parce qu’elles font parties de la culture
Parce que c’est la Bretagne
Parce que c’est la langue de mes grands-parents
Parce que c’est la langue parlée depuis plusieurs générations par ma famille, parce qu’elle permet de comprendre la géographie des lieux que je connais très bien. Parce que j’ai peur qu’elle disparaisse
Parce que c’est notre culture, il faut la préserver, et je trouve que le breton est une belle langue qui n’est pas assez présente
Parce que c’est notre patrimoine
Parce que c’était la langue d’une partie de ma famille et une langue est l’essence même de la culture d’un peuple.
Parce que c’était la langue maternelle de mes parents et parce que mon petit-fils a commencé à apprendre le breton il y a 5 ans.
Parce que c’est censé être nos langues (mon père est du pays gallo et ma mère du Léonard)
Parce que c’est mon identité et ma langue
Parce que c’est un peu tout ma vie, venant de scolarité bretonnante
Parce que ça fait partie de mon identité, mon histoire, mon territoire
Parce que j’ai été un an en Erasmus à Rennes et je me suis très passionné à la Bretagne
Parce que j’aime Breizh ma bro
Parce que je parle cette langue depuis toute petite, qu’elle fait partie de ma vie (danse, chant, études…)
Parce que je suis breton
Parce que je trouve important de connaitre la culture de la bretagne et le breton en fait partit
Parce que je vis en Bretagne
Parce que le breton est et aurait du être/rester notre langue du quotidien,; à la maison, au travail , dans les loisirs. Le français nous a été imposé.
Parce que le breton fait partie de ma culture en tant que bretonne, parce que c’est une langue qui, selon moi, permet de créer des liens bien plus rapidement qu’en français ! Le gallo je ne le parle pas mais je pense être «  »solidaire » » avec ceux qui le parlent »
Parce que le Breton fait partie de mon identité et a forgé toute mon enfance et adolescence
Parce que lorsque j’avais 8 ans, (j’en ai 10 fois plus aujourd’hui) l’on m’a mis à genoux sur une règle, pour avoir dit un mot de gallo.
Parce que moi et ma famille sont d’origine bretonne
Participe au sentiment de force régionale. Et personnellement lien avec ma famille d’un coté qui parlait breton et de l’autre coté gallo (mais la transmission ne s’est pas faite)
Partie importante de la culture bretonne
Partie intégrante de la construction de mon identité (pratique du breton depuis l’âge de 3 ans)
Pas assez répandues
Pas attaché car : Je n’ai pas été élevé dans une famille parlant breton / gallo. Intérêt / attaché : Les cultures / langues sont une richesse qui ne doit pas disparaître.
Pas d’attache particulière au breton, mais je pense qu’il faut en maintenir l’usage, car comme toute langue, elle représente un des aspects de la diversité culturelle. Je serais moins « militant » sur le gallo qui est pourtant ma langue maternelle; je pense qu’il s’agit d’une langue orale qui est ou était utilisée dans un contexte particulier, dans le monde rural et paysan, et dont il faut admettre qu’elle semble aujourd’hui hors du temps.
Pas d’attache particulière au Gallo si ce n’est un intérêt linguistique, énorme attachement à la langue bretonne que ce soit de par ma famille, mon éducation, mes goûts, … les langues sont une richesse
Patrimoine
Patrimoine
Patrimoine culturel
Patrimoine culturel
Patrimoine culturel
Patrimoine culturel
Patrimoine culturel
Patrimoine culturel transmission de savoirs
Patrimoine culturel à ne surtout pas perdre car c’est une grande richesse!
Patrimoine culturel en disparition, ces langues sont une part de ce qui fait qu’un breton n’est pas français
Patrimoine linguistique et culturel et maternel familial
Patrimoine oral, tradition familiale
Peogwir e karan va bro hag e doareoù hengounel
Pep yezh a doug enni he sell war bed. Ha hep brezhoneg pe gallaoueg n eus breizh ebet. Ar bobl a vev dre he yezh(où)
Pour avoir accès à la culture bretonne, pour la diversité des langues
Pour défendre la Bretagne.
Pour des raisons culturelles et traditionnelles, familiales aussi pour me rapprocher de la langue maternelle de mes grands parents et perpétuer dans un certain sens leur héritage.
Pour la culture bretonne et l’éducation que j’en ai reçu
Pour la préservation de l’histoire bretonne et des histoires individuelles des anciens à travers la langue. Aussi pour essayer de rétablir une langue populaire et mouvante non dictée par une académie
Pour la singularité de connaître une autre langue en France, que le français « langue officielle ». Pour ne pas la perdre et renforcer le sentiment d’être breton.
Pour me rapprochez de mes racines, et pour ne pas perdre la culture et la manière de penser bretonne.
Pour mes origines et pouvoir conserver mon identité
Pour mon histoire familiale par attachement à mes origines et à la langue parlée par mes ancêtres
Pour ne pas perdre notre culture
Pour ne pas perdre un héritage
Pour permettre le rayonnement de la culture bretonne
Pour raisons culturelles
Pour souligner mon ancrage territoriale, faire vivre une culture et des traditions et ses diversités
Priorité est à donner à une maîtrise des langues d’échange nationales et internationales. Ce qui n’empêche pas d’assurer régionalement que les langues locales soient pérennisés et de permettre aux volontaires intéressés de les apprendre.
Quasi personne ne le parle et en plus uniquement en Bretagne
Quelque chose d’important a faire perdurer
Racines
Racines
Raison familiale
Raison sentimale. Langue parlée par les grand-mères, entendue dans l’enfance sans la comprendre. Raison linguistique : Defense et entretien d’un patrimoine. Intérêt pour les langues. Raison littéraire : plaisir de lire des textes comportant des expressions et manières de dire spécifiques à la langue bretonne.
Raisons culturelles
Raisons culturelles et patrimoine régional
Raisons viscerales
Reconnaissance d’un peuple, d’une culture
Représentatif de notre culture, simple curiosité de nos origines
Respect des aïeux / identité
Richesse culturelle
Sauvegarder notre culture celte et Bretonne, sans renier notre attachement à l ‘Europe et la France. L’union dans la diversité.
Scolarité bilingue breton / français en maternelle et primaire + volonté de préserver et perpétuer l’identité bretonne
Sentiment d’appartenance à une communauté, envie de defendre ces langues
Sentiment d’appartenance à une culture
Si le français est la langue nationale, les langues régionales ne doivent pas être perdues, auquel cas il s’agit d’un génocide culturel – souhaité ou non. Le maintient des l’identité régionale comme nationale doit être préservé mais non dans un but politique ou idéologique. Une langue régionale doit avoir sa place dans l’administration locale. Une culture et son langage, et plus loin sa religion, fait parti du patrimoine mondial.
Si on perd ces langues on perd la culture, on est plus rien.
Skolaj Diwan
Tombé dedans quand j’étais petit
Tous mes grands-parents parlent breton
Tout simplement parce qu’avoir imposer une langue unique sur un territoire qui n’a absolument rien d’uniforme est une farce sadique.
Toute ma famille du côté de ma Mère est du Finistère et j’ai vécu une partie de mon enfance avec mes Grands-Parents Bretons. Ma fille a suivi le cursus Mervent et parle Breton.
Toute mon enfance à Diwan, et l’héritage culturelle familial
Tradition et Localisme
Transmission d’un patrimoine linguistique familial
Un arbre dont on coupe les racines, meurt. C’est une question de respect et de dignité dans un pays soi-disant démocratique.Ce pays en sortirait grandi.
Un attachement aux traditions
Une langue c’est une vision de voir le monde, une façon de le penser. et donc le breton/gallo est la meilleur façon appréhender le monde en Bretagne puisque c’est la langue qui ci est crée.
Une langue est représentative d’un peuple sur un territoire (façon de penser, environnement, culture, traditions, etc.). A ce titre elle doit être transmise, enseignée et valorisée. C’est la langue de mes ancêtres.
Ur yezh komzet gant tud kar din, o vont war e dalaroù tamm ha tamm. Un tu da saveteiñ ar sevenadur hag an identelezh. Le breton est une langue parlée par mes proches, langue maternelle des grands parents. Elle disparait peu a peu. Derrière la langue se trouve une culture et une identité à preserver »
Valeur culturelle
Yedec’h mad
Yezh va fobl eo.
Yezh va zud kozh eo memestra!
Yezhoù hot zadoù emaint anezho.
Yezhoù ma bro Breizh int ha loc’h ennon

13 juillet 2020

Vos contributions au projet Hor Yezhoù – Nôs Parlements Quelle contribution au projet Hor Yezhoù – Nôs Parlements souhaitez-vous apporter ? Vos compétences ou celles de vos connaissances sont sollicitées dans plusieurs domaines. Merci d’exprimer votre ou vos préférence(s) en rejoignant le groupe Facebook dédié au projet : https://www.facebook.com/groups/213229289970470 Pour toute précision, nous contacter par… Poursuivre la lecture 13 juillet 2020

Publié le
Catégorisé comme Général

11 juillet 2020

Diaporama du projet Un diaporama de présentation du projet est disponible à cette adresse :

Publié le
Catégorisé comme Général